×
La chemisette : l'incontournable de cette saison

Le symbole de la vague tiki

La mode est un éternel recommencement. C’est le retour d’une pièce culte, autant adorée que détestée : la chemisette. Il y a peu de temps, la chemisette était au comble du mauvais goût mais se révèle aujourd’hui comme une pièce indispensable. Comment la chemisette est passée de ringarde à branchée ? Quand on pense à la chemisette, on se souvient forcément de Leonardo DiCaprio dans le film « Romeo et Juliet », Tom Selleck dans « Magnum » ou encore Charlie Sheen dans « Mon oncle Charlie ». Qu’elle soit colorée, à motifs ou fleurie, c’est le grand retour de la chemise à manche courte. Elle fait écho à la décontraction et aux vacances. 



La chemisette, comme le bob, fut longtemps considérée comme ringarde ou de mauvais goût et pourtant, il s’agit d’un classique de la garde-robe masculine. Alternative incontournable au tee-shirt pour la saison estivale.



La chemise des migrants japonais à Hawaï

Les origines de la chemise hawaïenne remontraient à la fin du 19e siècle, lorsque des migrants japonais viennent donner main forte aux hawaïens dans les champs de cannes à sucre. Ils ont pour habitude de travailler torse-nu ce qui choque les missionnaires chrétiens et qui leurs impose donc le port d’une chemise en coton nommée « palaka » muni de fleurs locales et de décorations apposées sur les kimonos. La première chemisette serait apparue vers 1905, dans la boutique d’un immigré japonais confectionnée avec du tissu a kimono. 



Il faut attendre les années 1930 pour que les touristes la ramène aux États-Unis en lui faisant traverser l’océan. La chemise hawaïenne a été mise à la mode par Elvis Presley dans les années 60 avec le film « Blue Hawaii » avant qu’elle ne soit portée par les caïds dans les séries américaines des années 90, on pense notamment à James Gandolfini dans la série culte « Les Soprano ». 



Comment bien porter la chemisette ?

Si l’on souhaite arborer une chemisette à motifs, privilégiez le port d’un pantalon ou short uni, pour éviter l’effet illusion d’optique. Vous pouvez, la porter ouverte ou fermé selon votre envie, mais il faut absolument éviter de sous-tailler la chemisette, bien au contraire. Sinon ce n’est plus cool du tout. La chemisette col requin se place tout à fait par dessus un beau tee-shirt basique blanc. Alors évidemment, on aura une remarque du beau frère relou, qui lui porte encore son tee-shirt moulant et son ridicule chino slim moulant lorsqu’il fait 35°, mais peu importe, l’idée de la chemisette c’est surtout de se faire plaisir.

 


La chemisette reste iconique et intemporelle

Un indispensable depuis les années 80



Tom Selleck dans la série « Magnum » est sans aucun doute, celui qui a laissé l’empreinte la plus profonde de la chemisette Hawaïenne. Bon, on n’est clairement pas sur notre référence la plus moderne, mais niveau capillarité on respecte l’homme.

 



Le personnage principal incarné par Léonardo DiCaprio arbore, dans l’adaptation punk-moderne de la tragédie de Shakespeare, chemisette et encore chemisette. Leo devient une icône.

 



Dans « Las Vegas Parano », Johnny Depp a un super look hippie. Il a su anticiper le retour de la chemisette à motifs, fume au porte cigarette et porte un bob.  On a tous eu une époque de dérives narcotiques. Associé à la tenue de Johnny Depp et son film culte, la « short sleeve shirt » bien funky nous redonne envie d’y succomber. 





Dans « Les Soprano », Tony Soprano alias James Gandolfini porte lui aussi des chemisettes.





Charlie Sheen qui est l’acteur principal de la série « Mon oncle Charlie » porte lui aussi sa chemisette « bowling ». En habitant Malibu, il n’a pas d’autre choix que de porter une chemisette pour séduire, rester jeune et profiter de la saison estivale.



Par Sacha Ponot