10% off with newsletter signup | Free shipping on orders over 300 euros | Pay in installments |

01/02/23

L'histoire des mules Birkenstock

1774, Birkenstock voit le jour sous l’impulsion d’un jeune artisan cordonnier du nom de Johannes Birkenstock. Avant de s’orienter vers la confection de chaussures telles qu’on les connait actuellement, Birkenstock était une cordonnerie assez ordinaire qui fabriquait ses propres modèles entièrement en cuir. Et, ce n’est que près d’un siècle plus tard que la marque allemande produira son tout premier produit d’assise plantaire en 1897. Aujourd’hui, Birkenstock est une marque aussi bien connue pour ses paires que pour ses fameuses semelles orthopédiques brevetées dès 1932.

image d'archive montrant les lits de pied birkenstock

Des mules made in Europe

Grâce au succès retentissant de ses semelles intérieures, Konrad Birkenstock va prendre une décision cruciale pour l’avenir de la maison. Il part s’installer à Friedberg, où il installe son usine entièrement dédiée à la fabrication de ses assises plantaires alors assez complexe à produire en grande quantité. Depuis cette date et encore aujourd’hui, Birkenstock continue à fabriquer ses chaussures en Europe et plus précisément en Allemagne avec le même savoir-faire qu’à l’époque. De sa semelle intérieure en liège à ses sangles et autres empiècements en cuir, chaque partie d’une Birkenstock est le fruit d’une confection minutieuse (17 étapes et plus de 100 gestes différents) tout droit venue d’Allemagne.

Les prémices de la sandale Madrid

C’est en 1954 que Karl Birkenstock, le fils de Carl Birkenstock rejoint l’aventure familiale. Et son attention se portera directement vers la mise en place de nouvelles technologies et matériaux. Son dévouement et sa volonté de créer un produit à qui met la technologie au service du confort donnera naissance en 1963 à la plus connue des sandales, la Madrid.

Directement, l’esthétique de la Madrid tranchera. Inspirée par l’architecture moderne et plus largement par le brutalisme, la sandale Madrid présente une confection ultra-simple avec un lit de pied flexible en liège directement fixé à une simple bride en cuir réglable.

Au départ boudée par le monde de la mode, elle fera ses premiers pas dans le milieu médical puisque Karl en fait la vaste promotion auprès des hôpitaux de la région. Puis viendra son heure de gloire lorsqu’elle sera finalement adoptée comme une chaussure d’intérieur au confort impeccable.

Et les mules dans tout ça ?

Et les mules ? Quésaco ? Une mule est à l’origine une paire très très classique, rigide, confectionnée en bois donc très peu confortable est pratique. Elle laisse le talon découvert tandis que l’avant du pied lui est fermé. Maintenant que l’on visualise un peu mieux ce qu’est une mule, abordons le cas de la plus connue des mules, la Boston. 1970, couronné de succès grâce à leurs précédents modèles comme la Madrid, la Zurich ou encore l’Arizona, Birkenstock entreprend la création d’un tout nouveau genre de chaussure, une mule.

La Boston sera ainsi lancée au terme de 6 années de développement. La mule Boston, se pare d’une assise plantaire en liège surmontée d’un large empiècement fermé, le plus souvent en daim ou cuir. Résolument tendance et adoptée, elle aussi comme « la chaussure d’intérieur idéale », cette mule sera vue au pied de nombreuse star comme Keira Knightley, Robert Pattinson ou encore Kanye West par exemple.

catalogue montrant des archive du modèle boston

De nombreuses marques retravailleront également la mule Birkenstock à leur sauce. Parmi les plus réussies, on pensera notamment à la collaboration avec Stüssy en 2021. L’association des deux labels donnera une naissance à 3 coloris de la Boston sur laquelle un logo « Stüssy » y a été embossé.

Autre collaboration et autre design, la Tokio Dior. Beaucoup moins accessible en termes de prix, mais aussi beaucoup plus travaillée, cette mule revisitée se présente d’une sangle réglable au talon avec une boucle de fermeture technique et des broderies de fleurs sur l’empeigne de la paire. En bref, deux collaborations extrêmement réussies qui rendent hommage à l’héritage véhiculé par la mule.

La mule au cœur des tendances

Depuis maintenant quelques années et dès que le printemps pointe le bout de son nez, il suffit d’une petite balade pour constater la prolifération de mules et autres sabots en tout genre. Pour savoir ou s’en procurer, rendez-vosu sur notre article « ou acheter des Birkenstock?« . Bien que la mule Boston soit sans doute la plus populaire du genre, la maison allemande Birkenstock ne cesse de nous proposer de nouvelles itérations du genre.

Pour cette saison estivale, on verra par exemple l’arrivée de deux petites nouvelles dans la gamme, la Naples chez les hommes et la Buckley pour la femme. Ces deux sabots s’approprient le genre « mule » tout en proposant une empeigne rappelant le mocassin avec ses coutures visibles. Détail qui a son importance, la Buckley, pendant féminin de la Naples, intègre également une sangle à boucle sur l’avant lui rajoutant ainsi davantage de détails.

Autre mule qui à la côte en ce moment, la A 630 Classic. Beaucoup, plus surprenante et innovante, cette mule à l’aspect plus rudimentaire se démarque de par sa fabrication entièrement en Polyuréthane. Ce modèle entièrement conçu et pensé pour son côté pratique propose de nombreux avantages comme :

  • – Une semelle antidérapante et résistante aux tâches d’huiles
  • – Un talon plus profond pour assurer un meilleur maintien
  • – Un lit de pied remplaçable et interchangeable

Pour la faire simple, la mule est aujourd’hui un style de chaussure largement démocratisé auprès de tous. Qu’elle soit au pied d’un mannequin dans un défilé de haute couture qu’au pied d’un cuisinier, la mule se veut être pratique, esthétique et polyvalente. Alors que ce soit une Buckley ou une Boston vous craquerez forcément pour une mule cet été.

Notre séléction Birkenstock

Retrouvez encore plus d'informations sur Birkenstock avec nos articles :