×
Polo Ralph Lauren Regatta CP 93 : Entre bourgeoisie et gang !

La folie autour des pièces Polo Ralph Lauren vintage n’est pas prête de s’arrêter. Alors que la marque venait de lancer des rééditions de Stadium 1992, P-Wing et Snow Beach c’est aujourd’hui au tour de la gamme Regatta CP RL-93 d’être relancée. Mais comment cette folie et cet amour ont commencé ? Qui en est à l’origine ? Bienvenue dans l’histoire officieuse de Polo Ralph Lauren, entre révolte populaire et amour inconditionnel !

Venez découvrir la gamme Regatta CP RL-93 !

Une des plus grandes révoltes populaires contre le capitalisme

 

 

L’art de feindre l’opulence

A une époque où les crews des Five Boroughs de New-York s’affrontent aux platines et sur les dancefloors, il fallait être au top pour se pointer à une block party. Une des manières de se démarquer était bien entendu le style, mais pas n’importe lequel, celui qui feignait l’opulence. Il fallait revendiquait un mode de vie, et quoi de mieux pour cela qu’une marque adressée originellement à la bourgeoisie.

 

 


Ralph Lauren, un symbole fort

Symbole de la bourgeoisie américaine qui skie à Aspen et fait de la voile dans les Hamptons, Ralph Lauren est pensé et marketé pour l’élite américaine. C’est donc naturellement vers cette marque que les dandy du ghetto se sont tournés, car c’est un symbole fort. Celui de la réussite, l’histoire d’un kid du Bronx avide d’ascension sociale, un véritable symbole de l’American Dream. Des crews ce sont même fondés autour de cet amour pour Polo Ralph Lauren : Les Ralphie’s Kids de Crown Heights et Polo U.S.A. de Brownsville, qui en fusionnant donneront naissance aux célèbres Lo-Life.

 


 


Lo-Life, la voix d’une révolte

Impliqué dans toutes les facettes de la culture hip hop, c’est surtout pour son style que ce crew s’est fait connaitre. Réunis autour d’une passion, d’un amour inconditionnel pour la marque au cavalier, les membres sont de véritables geeks de la griffe. Leur message : revendiquer un mode de vie que l’on refuse à la population afro-américaine, voila leur souhait quand ils arborent des éditions limitées Polo Ralph Lauren hors de prix. Pour le New-York Times, c’est une des révoltes les plus emblématiques de la culture populaire contre le capitalisme.

 

 

Amour et violence

 

Photo par Tom Gould

 

Love & Loyalty

A Brownsville et à Crown Heights, les Lo-Lifes ont mis Polo Ralph Lauren au stade de mode de vie, ils vivent et dorment Ralph Lauren. Leur nom est une combinaison de « Lo », le diminutif de Ralph Lauren et de « Low Life » qui signifie « vaurien », un nom de crew qui en dit long, entre l'amour de la marque et activités criminelles. C’est Charlotte Vautier pour Clique qui résume le mieux la dualité de Ralph Lauren : « Pour certains, les polos Ralph Lauren évoquent les balades sur les plages de Cabourg, les mocassins à glands ou les régates en voilier. Pour d’autres, Polo Ralph Lauren est synonyme de rap hardcore new-yorkais, de vol à l’arraché et d’embrouilles de gangs. »

 

Thirstin' Howl The 3rd et son fils, par Tom Gould.

 

A l’exacte opposé de l’image de Ralph Lauren

Les Lo Lifes étaient vêtus intégralement de Ralph Lauren sans avoir les moyens de se le payer. Vous comprenez donc comment ils l’obtenaient. Ces rixes donnait lieu à des scènes chaotiques dans les grands magasins new-yorkais, 20 à 30 membres du gang entraient et ressortaient instantanément les mains pleines de pièces Ralph Lauren. La réalité des Lo Life était bien loin de l’image bourgeoise véhiculée par la marque, bien plus rude et plus amère : celle des ghettos new-yorkais.

 

 

Un livre qui retrace la vie et l’amour de ce crew

Intitulé Bury Me With The Lo On, en français : Enterrez moi en Ralph Lauren, cet ouvrage est une collaboration entre le photographe américain Tom Gould et l’un des fondateurs du Lo Life, Thirstin’ Howl The 3rd. Entièrement dédié à l’univers des Lo Life et de la marque au cavalier, les auteurs ne laissent rien au hasard car même les typos et les couleurs sont choisies  pour représenter au mieux l’identité de Ralph Lauren. C’est un ouvrage magnifique, imprimé seulement en 1500 exemplaires ce qui le rend rare et relativement cher, certaines pièces se vendent jusqu’à 1500$.

 

 

Venez découvrir notre sélection Polo Ralph Lauren !

 

Comme quoi cette sulfureuse rébellion populaire contre un symbole de l’élite bourgeoise intrigue et passionne les amateurs de mode. Quelques années plus tard, c'est un phénomène mondial, et Ralph Lauren est devenu un emblème du streetwear, comme la marque que s'est appropriée la rue !

Par Simon Baumer-Poulain