Winter Sales | Paiement en plusieurs fois sans frais |

Stone Island et Hooligans entre amour et haine

Dans l’article d’où vient Stone Island ?, nous évoquions brièvement l’étroite relation qu’il peut y avoir entre la marque italienne et l’histoire des hooligans. Stone Island et hooligans, forment un groupe plutôt atypique et représente aujourd’hui bien plus qu’un simple rapprochement. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la rose des vents est littéralement ancrée dans la culture du hooliganisme, et vice versa. Il est donc intéressant de revenir plus en détail sur cette fascinante rencontre à une époque désormais révolue.  

30 mai 1984, Rome accueille la finale de foot de la Coupe Des Clubs Champions opposant Liverpool à l’AS Rome, le Stadio Olimpico de Rome vibre, la ville et les tribunes tremblent. Ce jour-là, les Anglais de Liverpool, parviennent à battre aux tirs au but des Italiens pourtant à domicile. Ce match fit date, pourtant, l’acteur principal du match ne se trouvait pas sur le terrain mais dans les tribunes. Une relation passionnelle naissait, un subtil mélange entre amour, haine et violence.

Stone Island et les Hooligans, comment la marque est devenue l’emblème du Casual ?

Pour beaucoup le terme casual signifie « un look sport et chic », pas ici, sortez-vous ça de la tête. Casual avec un grand « C » représente le style, la culture et la mentalité des Ultras, des Tifosis, etc… Mais comment Stone Island s’est retrouvé aussi imprégné de cette culture ?

Stone Island, sponsor officiel

Ce sentiment d’amour entre Stone et le monde du football ne s’est pas fait attendre. En effet, en 1984, la marque italienne fête ses 2 ans d’histoire, et quoi de mieux pour cela que de devenir sponsor officiel de l’équipe nationale italienne ? Malheureusement pour Osti (Fondateur de la marque), l’Italie ne parvient pas à se qualifier pour la coupe d’Europe, échouant à l’avant-dernière place de son groupe.

La finale de la Coupe Des Clubs Champions

Les supporters de Liverpool ayant fait le déplacement en masse prirent le temps de se balader en ville avant d’enflammer le stade. Dans les rues romaines, une marque attira leur attention, une marque repérable par son patch brodé en laine ornant la manche gauche. Le soir même dans le stade, ils virent que quelques tifosis de la Roma paradaient avec le patch lainé. Il n’en fallut pas plus aux Anglais pour rapatrier la marque après la victoire des Reds à Rome.



Stone Island: l’emblème d’une culture

Sitôt débarquée en terre saxonne, la marque se propagea dans les stades à une vitesse folle, la rose des sables connait un succès fou. Les casuals anglais firent de la marque leur figure de proue au même titre que Fred Perry, Lyle Scott, Ben Sherman, Merc et beaucoup d’autres. On retrouve d’ailleurs le label italien dans de nombreux films comme Green Street ou the Football Factory, véritable acteur du mode de vie Casual. Et même si l’actuel succès commercial de la marque embarrasse le passionné, elle reste un blason, un emblème pour cette culture hooligan, entre dandysme et violence des Hommes. Entre terrain et tribune.





Pourquoi Stone représente-t-elle autant le Hooligan way of life ?

C’est une question légitime, pourquoi cet attrait ? Vous comprendrez vite que ce sont les propriétés, les valeurs et les inspirations de la marque qui rendent cette relation logique.

L’outdooring à l’état pur

Quoi d’étonnant à ce que Stone Island, une marque à la pointe de la recherche-développement en termes de vêtement technique d’extérieur plaise à des personnes qui passent de nombreuses soirées dans le froid et les courants d’air des stades anglais pour voir leurs jeu préféré. Pour une activité qui s’apparente parfois à du bivouac, quoi de mieux qu’une marque spécialisée dans la recherche et le développement perpétuel dans la toile imperméable, coupe-vent et matière respirantes. Une bonne manière pour ces soldats du foot de rester au sec et au chaud lors de ces longues soirées animées. De quoi garder aisément à l’abri hommes et enfants des intempéries du terrain.

L’inspiration militaire et l’utilitarisme

Le label d’Italie s’inspire énormément de l’univers militaire sous toutes ses formes. Que ce soit la Marine, les chasseurs alpins ou l’armée de terre, on retrouve beaucoup de caractéristiques du textile militaire dans leurs créations. Encore une fois rien d’étonnant, les vêtements conçus pour l’armée doivent être des pièces d’outdoor adaptables et résistantes pour faciliter le déplacement et le travail. Et ce sont exactement ces caractéristiques qui plaisent aux remuants groupes d’ultras fans du célèbre jeu de balle. Des vêtements résistant aux assauts des supporters adverses mais également aux rigueurs du climat grâce aux matières comme le Soft-Shell, le ripstop, la Tela Stella et la toile imperméable.

Une relation tumultueuse

Une partie de la culture casual n’est plus aussi enthousiasmée par le travail de la marque. Considérant la marque comme trop mainstream, ces chineurs de belles pièces qui ont le sentiment d’être dépossédées d’un emblème culturel ne voient plus le logo comme un Graal, allant même jusqu’à lancer des chants anti Stone Island dans les stades. Mais cette relation amour/haine n’est-elle pas le signe d’une passion pérenne ?

Certains en sont fans, d’autres ne l’aiment pas, une chose est sûre, la marque ne laisse personne indifférent. Et c’est justement ça qui en fait une marque et un label à part, hors des modes éphémères propres à notre époque que ce soit pour les adultes ou les enfants.

À propos de Stone Island, retrouvez nos articles :